Avec tout !

Un planted.kebab, alternative à la broche de kebab

Avec tout !

Döner signifie en train de griller, kebab désigne une viande grillée ou rôtie. Les deux mots ensemble constituent l’un des repas livrés à domicile les plus populaires de l’année Corona, selon Just Eat. Les Suisses alémaniques aiment particulièrement les kebabs : ils ont commandé ce plat six fois plus souvent que les Romand·e·s.

L’origine du kebab est incertaine. On mentionne souvent la ville turque de Bursa comme lieu d’origine. L’idée de griller la viande verticalement serait venue au chef İskender Efendi au 19e siècle. C’est pourquoi on parle aussi d’İskender kebab.

Le plat s’est exporté au cours du XXe siècle, surtout dans la seconde moitié. Car dans les années 1970, Mehmet Aygün ou Kadir Nurman – là aussi, rien n’est sûr – ont transféré pour la première fois la viande grillée de l’assiette dans un pain. Ce qui a fait de Berlin le lieu d’origine du kebab, du moins de la variante qui est particulièrement connue aujourd’hui.

Il n’existe pas d’informations fiables sur l’ampleur qu’a prise depuis lors le commerce mondial des kebabs. Selon Statista, 400 tonnes de döner kebab sont produites chaque jour en Europe, et la production et les ventes généreraient 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an en Europe.

En Suisse, Royal Döner est l’un des grands gagnants du succès du kebab. L’entreprise produit et distribue des broches de kebabs, emploie plus de 130 personnes et détient une part de marché de 60%. Son dernier site de production a été ouvert en 2017 et est considéré comme le plus moderne d’Europe.

Dans le monde du kebab, la Suisse pourrait être bientôt connue pour d’autres raisons. En 2020, la société Planted Food AG, basée à Kemptthal, a lancé une alternative vegan au kebab de viande. Le planted.kebab se compose principalement de protéines de pois et est disponible pour les traiteurs.

Un hamburger vu de côté

De la viande qui n’en est pas

Les substituts de viande végétaux ont le vent en poupe. Les experts pronostiquent des milliards de chiffre d’affaire, ce qui suscite également l’intérêt de multinationales telles que Nestlé.