Berceau du porte-monnaie virtuel

Photo d'un marché dans une ville africaine

Berceau du porte-monnaie virtuel

Les nouvelles qui viennent d’Afrique concernent très souvent des bateaux surchargés de réfugiés en Méditerranée, des disettes suite à des périodes de sécheresse, des conflits interethniques ou des attaques terroristes. Et pourtant, il y a des nouvelles bien plus positives.

Par exemple, pas tout le monde sait que, alors que les géants des nouvelles technologies en Occident ont à peine commencé à s’intéresser aux systèmes de paiement par mobile, au Kenya ce genre de transactions fait partie de la vie quotidienne des gens depuis longtemps déjà. Les virements par téléphone portable sont peut-être la plus grande invention africaine de notre époque.

Le premier système de ce genre s’appelle M-Pesa et a été introduit au Kenya en 2007. Encore aujourd’hui, la plupart des Africains n’ont pas de compte bancaire, mais avec cette technologie tout le monde peut déposer et virer de l’argent à l’aide de son portable.

Un exemple pratique : le fils qui habite en ville se rend chez un agent – c’est-à-dire une filiale de l’opérateur de téléphonie mobile, un kiosque ou une station-essence – et achète du crédit. Avec son portable, il peut ensuite virer ce crédit à sa mère, qui vit à la campagne. Elle peut à son tour changer le crédit en espèces chez l’agent le plus proche ou bien l’utiliser directement en forme électronique pour s’acheter ce dont elle a besoin.

En Afrique, il est très difficile qu’une banque commerciale offre ses services à la population pauvre des villes ou à ceux qui vivent dans des régions rurales. C’est aussi pour cela que le nouveau système a eu beaucoup de succès. Le continent africain n’a jamais développé un réseau capillaire de téléphonie fixe, ce qui a provoqué une diffusion particulièrement rapide du réseau mobile. Aujourd’hui, parmi le 20 pour cent des personnes les plus pauvres de la planète, sept sur dix ont un portable.

En Suisse, bien que nous nous approchions d’une densité de 100 pour cent de la téléphonie mobile, en comparaison avec beaucoup de pays asiatiques et africains, nous sommes en retard dans le développement des services bancaires mobiles. Toutefois, cela est en train de changer assez vite. En 2010, 87 pour cent des transactions se faisaient en espèces. En 2020, ce pourcentage devrait baisser à 60 pour cent.

Image Krugerrand d’or

Le revers de la plus célèbre des pièces d’or

Le Krugerrand est aujourd’hui la pièce en or la plus prisée au monde. Son nom vient de celui d’un personnage controversé. Tellement controversé, qu’en 2009 la ville de Saint-Gall a rebaptisé sa Krügerstrasse en Dürrenmattstrasse.