Combien gagne une skateuse pro ?

Cara-Beth Burnside en train de skater

Combien gagne une skateuse pro ?

Elle voudrait changer le sens du terme « Betty », a déclaré Crystal Moselle dans une interview à propos de sa série éponyme. Betty est un terme utilisé dans le monde du skate et du surf pour décrire une femme qui regarde les mecs sur leur planche, mais ne ride pas elle-même. Et il semble que Moselle soit en train de remplir sa mission.

« Betty » se penche sur l’univers des skateuses de New York. La série est inspirée du film « Skate Kitchen » de Moselle et a été diffusée pour la première fois sur HBO en mai 2020. Il y a quelques jours, la deuxième saison de « Betty » est sortie.

Le travail de Moselle ne met pas un nouveau monde en avant, elle lui donne plus de visibilité. Les femmes font en effet du skateboard depuis les années 1960, l’une des pionnières s’appelle Patti McGee. Aujourd’hui âgée de 76 ans, on la considère comme la première skateuse professionnelle, elle a remporté le premier championnat américain féminin de skateboard en 1964.

Cara-Beth Burnside est aussi l’un des modèles féminins de la scène du skate. Elle a été la première femme à faire la couverture du magazine Trasher en 1988, la première femme à avoir une signature shoe en 1994 (de sa propre initiative) et a fondé sa propre marque de skateboard, Hoopla, pour rendre le sport plus inclusif.

C’est entre autres grâce à Burnside que l’une des plus grandes compétitions de skate – les X Games – a d’une part organisé une compétition pour les femmes, et d’autre part que les participant·e·s, hommes ou femmes, reçoivent la même somme pour leurs performances. Auparavant, le meilleur skateur recevait 50’000 dollars, la meilleure patineuse 2000.

Il y a cinq ou six skateuses qui peuvent en vivre, a déclaré Mimi Knoop à Vogue il y a trois ans ; il y a dix ou quinze ans, il n’y en avait qu’une ou deux. La skateuse, qui a fondé la marque Hoopla avec sa collègue Burnside, a aussi eu une influence sur les discussions avec les X Games.

C’est mieux chez les hommes. Plusieurs skateurs valent ainsi des millions. Parmi eux, Nyjah Imani Huston, qui avait par exemple déjà remporté plus d’argent que quiconque avant lui, à seulement 19 ans. En 2018, sa fortune était de 8 millions de dollars, selon The Daily Telegraph. Tony Hawk est un vieux routier considéré comme le skateur le plus riche, avec une fortune de plus de 140 millions de dollars .

Le skateboard est une discipline des Jeux olympiques depuis 2021, ce qui devrait aider les skateuses pro à pouvoir vivre de leur passion. Des sponsors comme Adidas et Nike seraient plus intéressés car leur visibilité aurait grandi, estime Knoop

La skateuse pro Alexis Sablone partage cet avis. Dans une interview, la jeune femme de 35 ans a déclaré que les skateuses pro ont désormais plus de chances de pouvoir vivre de leur sport et que ceci est aussi dû aux Jeux olympiques. Sablone représente les États-Unis aux Jeux olympiques de Tokyo, qui débutent le 23 juillet.

 

Photo : Patty Segovia-Krause

Des gradins vides

Les événements sportifs hors-jeu ?

Aux États-Unis, les billets pour des événements sportifs sont actuellement bradés. Se passera-t-il la même chose en Suisse ?