De l’énergie solaire – aussi sans soleil ?

Ciel légèrement couvert avec du soleil

De l’énergie solaire – aussi sans soleil ?

Les énergies renouvelables et, surtout l’énergie solaire, se développent à l’échelle mondiale et deviennent aussi un moteur pour la création de nouveaux emplois – particulièrement en Asie. L’Allemagne, ancien leader mondial, a été remplacée par des pays asiatiques. Sur les 4,6 millions d’emplois du secteur, la plupart se trouvent en Chine – mais d’autres pays comme le Vietnam et la Malaisie rattrapent également leur retard.

La dernière innovation en matière d’énergie renouvelable viendrait désormais aussi d’Asie. Avec son projet AuREUS, l’étudiant philippin Carvey Ehren Maigue aurait trouvé une solution pour utiliser la technologie solaire indépendamment des conditions météorologiques. AuREUS (une abréviation pour « Aurora Renewable Energy and UV Sequestration ») repose sur des particules de lumière organiques pouvant absorber les rayons UV et les convertir en lumière, et sur un film solaire transformant cette lumière en énergie.

L’inventeur compare ce procédé à la respiration humaine : tout comme nous, les humains, respirons de l’oxygène et émettons du dioxyde de carbone, ses nouveaux panneaux absorberaient la lumière ultraviolette et émettraient de la lumière visible. À l’avenir, les panneaux en résine synthétique de Maigue pourraient être utilisés pour les fenêtres, les murs ou d’autres matériaux des façades extérieures des bâtiments, complétant – voire remplaçant à plus long terme – ainsi les panneaux solaires existants sur les toits. On étudie aussi la possibilité d’utiliser ce matériau sur des voitures, des bateaux ou des avions.

Carvey Ehren Maigue avec son panneau solaire d’un nouveau genre

Le jeune Maigue, 27 ans, a reçu – parmi 1800 participant.e.s – le très convoité James Dyson Award pour son projet. Ce prix de la durabilité, décérné pour la première fois, a notamment récompensé le fait qu’Aureus utilise des légumes et des fruits pourris pour son matériau.

La polyvalence, le recyclage écologique des déchets de récolte et le potentiel d’une énergie solaire plus efficace – cela semble être une innovation prometteuse avec d’immenses opportunités de marché. Maigue souhaiterait donc lancer son projet sur le marché le plus rapidement possible et, en même temps, continuer à rechercher d’autres possibilités. Mais il aura certainement besoin d’investisseurs supplémentaires – le montant du prix (37’000.– CHF) ne lui permettra pas de faire face seul à ces grandes tâches. On ne sait pas si des personnes intéressées se sont déjà annoncées après qu’il ait reçu le prix.

Des distributeurs dans un magasin zero waste

Vivre sans déchets : zero waste

La Suisse est un modèle en matière de recyclage, mais elle produit aussi des montagnes de déchets. Le mouvement "zéro déchet" veut contrecarrer cette tendance à long terme.