Des aspirateurs à CO2 géant comme solution ?

Un site de Climeworks

Des aspirateurs à CO2 géant comme solution ?

Il y a quelques semaines, Climeworks a mis en service son usine Orca en Islande. Pour faire simple, la machine fonctionne comme un aspirateur géant éliminant le CO2 de l’air. Il s’agit de la plus grande installation de ce type au monde : elle retire chaque année 4000 tonnes de CO2 de l’air, l’insère dans le sol et les transforme en roche.

Dans le monde entier, plusieurs entreprises étudient cette technologie, appelée en anglais « Direct Air Capture » (DAC). Selon ses propres chiffres, Climeworks est le leader du marché. Et contrairement à ses concurrents, il est plus économe en ressources : sur 100 tonnes, seules 10 tonnes seront réémises.

L’entreprise a été fondée en 2009 par deux diplômés de l’EPFZ et emploie aujourd’hui 150 personnes. En 2017, Climeworks a mis en service sa toute première usine à Hinwil. Elle parvient à éliminer 900 tonnes de CO2 de l’air chaque année. Contrairement à Orca, le CO2 filtré n’est pas enfoui dans le sol mais réutilisé par l’industrie. Il est notamment utilisé pour produire l’acide carbonique de l’eau de Valser.

Le DAC pourrait apporter une contribution importante à la réalisation des objectifs climatiques, mais la technologie est encore très coûteuse pour le moment. Une tonne de dioxyde de carbone éliminée coûte actuellement plus de 600 dollars.

Climeworks veut changer cela grâce à ses efforts. Et elle bénéficie d’un soutien de plus en plus large. Près de 9000 particulier·ère·s ont déjà souscrit un abonnement pour l’élimination du CO2 et plus de 50 entreprises soutiennent la start-up financièrement. Parmi ces dernières figurent Audi, Shopify et Microsoft. Depuis sa fondation, 120 millions de dollars de capitaux ont été levés.

L’objectif auto-déclaré est d’atteindre un milliard de supporter·ice·s. Christoph Gebald, l’un des cofondateurs, souhaite mettre en service assez d’installations d’ici 2030 que 30 à 50 tonnes de CO2 pourront être retirées de l’air chaque année. Au niveau mondial, environ 40 milliards de tonnes de CO2 sont émises chaque année. Le DAC ne peut donc être qu’une mesure complémentaire, la réduction des émissions reste indispensable.

 

Photo: Julia Dunlop

Un avion dans les airs

Une tonne de CO2 est plus chère que prévue

Peu avant le Zero Emissions Day du 21 septembre, une nouvelle étude conclut qu’une tonne de CO2 coûte à l’économie mondiale beaucoup plus que ce que l’on pensait auparavant.