Des données pour un monde plus juste

Photo de l’équipe de CommunityX

Des données pour un monde plus juste

Sur Facebook et compagnie., nous recevons des contenus variés et nous sommes en contact avec toutes sortes de personnes. CommunityX se concentre au contraire sur des sujets et des liens qui doivent rendre le monde meilleur. Sur la plateforme, on trouve des sympathisant.e.s promeuvant le changement social dans différents domaines.

En installant l’app, on doit d’abord donner jusqu’à cinq sujets qui nous intéressent. Par exemple la politique climatique, les droits des femmes et les abus policiers. Ensuite, l’algorithme de CommunityX présente des personnes et des organisations qui s’engagent pour des choses similaires. Si un sujet ne figure pas dans la liste, on peut soumettre des propositions.

Mais CommunityX ne se sert pas uniquement du numérique pour rallier des gens à une cause. La plateforme organise aussi un « Social Impact Summit ». Sa première édition a eu lieu l’automne passé et se tiendra à l’avenir une fois par an.

Pour fonder CommunityX, Chloë Cheyenne Rogers a dû renoncer à son emploi chez Google. Ç’a été l’un de ses plus grands sacrifices, a déclaré la trentenaire dans une interview. Mais ses préoccupations sur le thème People of Color n’étaient pas suffisamment entendues par le géant de la technologie, elle a alors décidé de suivre sa propre voie.

Lors du premier tour de financement de CommunityX, Rogers a seulement considéré des People of Color. À l’exception d’une Pakistanaise, tous les premiers investisseur.euse.s ont des racines afro-américaines. En tant que CEO, c’était un statement important pour elle.

En 2019, la jeune entrepreneuse a réussi à attirer d’autres investisseur.euse.s pour CommunityX. Lors du « Forbes Under 30 Summit », Rogers a convaincu le jury et reçu 250’000 dollars pour le développement. L’argent servira à étendre l’équipe et améliorer la technologie. Entre autres, un dispositif de crowdfunding est prévu.

Photo d'Erik Finman couché avec un billet de 100 dollars dans la bouche

Frimeur à l’extérieur, justicier à l’intérieur

Erik Finman, devenu millionaire grâce aux bitcoins, aime se présenter sur les réseaux sociaux comme un « Rich Kid » frimeur. Derrière les provocations du jeune homme de 19 ans se cachent cependant de nobles intentions.