Des tongs pour un milliard de francs

Image de pieds de femme avec des havaianas bleues

Des tongs pour un milliard de francs

La famille Batista s’est enrichie grâce à la viande de bœuf. Lorsqu’en 1956 au Brésil on décida de fonder une nouvelle capitale, Brasilia, le boucher José Batista Senior devint le livreur de viande pour les quelques 100'000 travailleurs engagés dans le cadre du projet. Comme l’édification de cette ville planifiée dura jusqu’en 1960, JBS – l’entreprise de Batista – est devenue le plus grand producteur de viande au monde.

La fortune accumulée au cours des décennies a été investie par la famille, qui, en 2015, a gagné davantage en misant sur la chute de la devise brésilienne qu’avec la vente de viande. Parmi les investissements moins spéculatifs des Batista il y avait la marque brésilienne de tongs Havaianas.

Pour celles et ceux qui ne les connaissent pas encore, il s’agit de sandales en plastique très simples, basées sur le modèle traditionnel des zori. Le nom de la marque signifie « hawaïennes » en portugais. Elles sont produites depuis les années 1960 et étaient alors destinées au marché brésilien. Vers la fin des années 1990, celles qui n’étaient que des sandales bon marché sont devenues un phénomène de mode globale, grâce également au fait qu’elles étaient portées par des stars telles que Gwyneth Paltrow et Jennifer Aniston.

La famille Batista vient de vendre cette vache à lait. C’était un choix obligé. Un consortium formé par trois sociétés d’investissement a déboursé environ un milliard de francs pour cet achat, qui a permis aux Batista de payer une partie des presque trois milliards d’amendes qui leur ont été infligés par la justice brésilienne pour corruption en grand style.

En effet, on a pu démontrer que les frères Wesley et Joesley Batista – qui dirigent les affaires de famille – ont versé des pots-de- vin à 2000 politiciens et fonctionnaires de haut rang. En échange, ils auraient obtenu des crédits publics à un prix avantageux ainsi que des fausses contrôles hygiéniques et de la production dans les abattoirs JBS. C’est ainsi que de la viande avariée conditionnée chimiquement ou contaminée par des bactéries est arrivée dans les commerces de détail.

Il semblerait d’ailleurs qu’il ne s’agit que de la pointe du iceberg. Récemment, l’actuel président brésilien Michel Temer a été accusé de corruption suite à la révélation d’un enregistrement d’une conversation qu’il a eu avec Joesley Batista. Il s’agissait de pots-de- vin versés à un ancien député parlementaire qui a joué un rôle important dans la destitution de Dilma Rousseff, présidente du pays avant Temer.

Si les soupçons devaient être confirmés, l’impeachment de Rousseff pourrait être vu comme un coup d’État. Le peuple brésilien se sent un peu comme dans le film Un jour sans fin. En effet, Lula da Silva, président du Brésil de 2003 à 2011, a également été accusé de corruption. Il semblerait que Dilma Roussef ait financé sa course électorale avec des fonds illicites. Les Batista sont soupçonnés d’être impliqués dans les deux affaires…

Collage d’une pomme mordue, calculettes, cochons tirelire, bocaux remplis de monnaies

Combien coûte vraiment pécher ?

Au Moyen Âge, l’Église catholique a gagné une fortune avec le commerce des indulgences. On proposait aux croyants de payer pour la rémission de leurs péchés et donc échapper au Purgatoire. Et aujourd’hui ?