Du coton comestible ?!

Photo d’un champ de coton

Du coton comestible ?!

Une équipe de scientifiques de la Texas A&M University a réussi à modifier la composition génétique d’une variété de coton pour que ses graines contiennent de faibles valeurs de gossypol, toxique pour les humains et de nombreux animaux, et soient donc comestibles.

Le coton est principalement connu pour la production de fibres blanches, que l’on peut transformer en textiles. 25 millions de tonnes sont récoltées chaque année dans 80 pays du monde sur une superficie totale d’environ 30 millions d’hectares. A titre de comparaison : la superficie de l’Allemagne est d’environ 35 millions d’hectares.

99% des producteurs de coton vivent dans des pays en développement et produisent 75% de la récolte totale. Pour chaque kilo de coton, il y a au moins trois kilos de graines de la taille d’une arachide et riches en protéines. Ces graines contiennent normalement du gossypol toxique, ce qui protège les plantes des maladies et des parasites mais les rend non comestibles pour les humains.

Les scientifiques ont alors utilisé la méthode dite du knock-out pour «mettre KO» le gène responsable de la production de gossypol dans les graines. Ainsi, la teneur en gossypol des feuilles et des pousses est encore suffisante pour protéger contre les insectes, mais elle est si faible dans les graines qu’on peut les consommer sans hésitation.

Selon le département de l’Agriculture américain, ces graines pourraient servir de nourriture pour les humains, mais elles doivent encore attendre le feu vert définitif pour le marché. Selon l’équipe, les graines rôties ont un goût de pois chiches.

Actuellement, seules 5% des graines sont replantées. Le reste est transformé en nourriture pour animaux, en engrais ou en huile. C’est justement dans des pays comme l’Inde ou la Chine, produisant beaucoup de coton, qu’il y a souvent une pénurie de nourriture. Environ un demi-milliard de personnes pourraient bénéficier des sous-produits du coton en tant que nouvelle source d’alimentation.

Photo d'un hamburger

Hamburger : plus cher de ce qu’on pense

Quont à voir les émissions de CO2, le déboisement et la pénurie d