Du sang neuf ?

Micrographie de globules rouges

Du sang neuf ?

Aux États-Unis, on procède actuellement à des études où l’on administre du sang jeune à des personnes malades ou d’âge plus avancé. De mémoire d’homme, il y a des individus qui cherchent des moyens de prolonger leur vie d’une manière ou d’une autre. Des fabriques de rêve partout dans le monde y ont également apporté leur contribution : ainsi le cinéma, qui fixe des idéaux de beauté inatteignables.

Pensons aux opérations de chirurgie esthétique, aux régimes et à d’autres folies de santé auxquelles certaines personnes se soumettent ; au cinéma, qui invente des vampires et des sorcières se baignant dans du sang de vierges pour rester jeune à jamais ; ou encore aux savants fous qui par des expériences sur des enfants parviennent à réaliser la vie éternelle sous forme de comprimés – bien évidemment que les plans de ces scélérats sont alors anéantis à la dernière minute par des super héros… et la vie des enfants est sauve.

À la télévision, ce sont des héros réels de la vie quotidienne qui nous promettent de nous sauver de la vieillesse : « Sans rides à 40 ans », « pleine d’énergie » ou « en meilleur forme » – le tout grâce à certaines tablettes ou crèmes miracle. Notre société semble être très sensible à ce type de remèdes qui promettent mont et merveilles. Car, n’est-ce pas, tout cela pourrait peut-être être vrai ?

En 1615 déjà, un savant universel, l’Allemand Andreas Libavius, mentionna une transfusion de sang d’un jeune homme à un vieillard fragile. L’effet escompté était le même : le rajeunissement de ce dernier par la jeunesse palpitante du sang neuf.

L’idée est encore d’actualité aujourd’hui, puisqu’une entreprise californienne en a fait son affaire. Cette société vous propose de vous faire injecter deux litres de plasma (c’est-à-dire du sang sans cellules sanguines) prélevé sur des adolescents ou de jeunes adultes en bonne santé – le tout pour pas moins de 8'000 dollars.

Le plus grand problème des chercheurs* reste cependant qu’un effet positif dû à du sang humain jeune n’a pas pu être prouvé scientifiquement à ce jour. Et étant donné qu’une transfusion est une opération qui continue à comporter des risques, on peut considérer que cette offre met inutilement en péril des vies humaines.

Plusieurs personnes ont déjà versé de l’argent pour une transfusion, ce qui fait naturellement augmenter les profits de l’entreprise. Mais rien que le fait que ce soient des investisseurs – et non des sujets d’expérience – qui financent des études scientifiques remet fondamentalement en question la scientificité de la démarche.

L’entreprise déclare procéder à des études scientifiques sérieuses. Mais là aussi, l’absence, dès le départ, d’un organe de contrôle a de quoi nous faire douter.

À ce jour, l’effet bienfaisant du sang jeune a été prouvé uniquement chez les souris ; et il reste à démontrer si cela vaut également pour l’être humain. En attendant, le monde scientifique craint à raison que la démarche de l’entreprise ne soit rien d’autre qu’une simple combine pour réaliser des profits. 

 43/5000 Image d'un bras constitué d'écailles de poisson

Brûlure ? De la peau de poisson sur la peau

On dirait le scénario d’un film d’horreur, où les personnages se transforment petit à petit en poissons, mais c’est une nouvelle méthode, très économique, pour traiter les brûlures graves.