En guerre avec des biscuits !

Collage de billets de livres australiennes et de biscuits Anzac

En guerre avec des biscuits !

ANZAC est l’acronyme de Australian and New Zealand Army Corps. Les biscuits ANZAC étaient préparés pendant la Première Guerre mondiale par les femmes des soldats australiens et néozélandais qui partaient au front. L’argent récolté avec la vente des biscuits servait à soutenir les troupes en action.

C’est un mythe très répandu que les biscuits ANZAC étaient envoyés aux soldats. En réalité, ils étaient vendus et mangés à des fêtes, des soirées de gala et autres événements publics, par exemple des parades. Les biscuits mangés au front se gardaient longtemps et étaient par conséquent très durs. On les appelait casse-dents.

En 1915 on avait récolté 6,5 millions de livres australiennes grâce à la vente des biscuits. En tenant compte d’une inflation de 3,9% par an, une livre de 1915 équivaut actuellement à une centaine de dollars australiens. On parle d’inflation, lorsque les prix des biens et services augmente, alors que le pouvoir d’achat d’une monnaie baisse, c’est-à-dire qu’il y a une dévaluation.

Les banques centrales sont en principe pour la stabilité des prix et essayent de contrecarrer la déflation ou l’inflation pour maintenir un équilibre. La Banque centrale européenne a par exemple comme but à moyen terme de garder l’inflation annuelle juste en dessus de 2%. Le pouvoir d’achat de la livre était donc bien plus élevé dans le passé.

En 1966 la livre a été remplacée par le dollar en tant que monnaie officielle d’Australie. Le taux de change a été fixé à deux dollars pour une livre. Aujourd’hui, si l’on tient compte de l’inflation, les 6,5 millions de livres équivaudraient à 650 millions de dollars australiens, soit environ 490 millions de dollars.

Les biscuits ANZAC sont consommés encore à nos jours, surtout pendant le ANZAC Day : c’est la journée de commémoration du 25 avril 1915, quand les troupes australiennes et néozélandaises s’engagèrent dans leur première opération militaire, le débarquement à Gallipoli, qui finit par coûter la vie à beaucoup de soldats.

Photo d’un bol de porridge avec des noix et des myrtilles

Et si pour changer on mangeait du porridge ?

Un jour, un écrivain anglais dit avec un certain mépris :« En Angleterre on donne l