Frimeur à l’extérieur, justicier à l’intérieur

Photo d'Erik Finman couché avec un billet de 100 dollars dans la bouche

Frimeur à l’extérieur, justicier à l’intérieur

Le New York Post a un jour donné à Erik Finman le sobriquet de « Bitcoin brat », traduit librement : le morveux du bitcoin. L’américain aussi s’est rangé lui-même dans de telles catégories. Ce millionnaire des bitcoins frime volontiers sur son compte Instagram, jette littéralement de l’argent autour de lui, fume des cigares et sirote des verres de Martini. On a déjà fait plus sympa.

Mais le jeune homme de 19 ans s’en fiche d’être sympathique, du moins sur les réseaux sociaux. Finman est conscient des réactions qu’il provoque avec ses messages et les utilise pour arriver à ses fins. Car il ne recherche pas l’attention par simple narcissisme mais pour promouvoir ses « projets pour un monde meilleur ».

Tout ce fric pour changer le monde, l’adolescent le doit à un pari. Finman s’est battu avec l’école et a négocié avec ses parents pour ne pas devoir aller à l’université s’il avait ramassé un million de dollars avant l’âge de 18 ans. C’est ainsi qu’alors âgé de 12 ans et doté d’un flair évident pour les crypto-monnaies, il investit 1000 dollars, une petite somme venant de sa grand-mère, dans les bitcoins. A cette époque, un bitcoin pouvait encore s’obtenir pour quelques 10 dollars l’unité.

Aujourd’hui, le « morveux » possède plus de 400 bitcoins, ou 4 millions de dollars. La majorité d’entre eux proviennent de la vente de sa plateforme Botangle, sur laquelle les écoliers peuvent trouver des répétiteurs et recevoir un soutien dans les domaines les plus divers, via un chat-vidéo. A 15 ans, Finman a vendu Botangle pour 300 bitcoins. Ses difficultés à l’école ont donc eu des conséquences lucratives à plusieurs égards.

Mais justement : le petit surdoué des cryptomonnaies ne veut pas seulement changer la finance, mais aussi le monde. Le soi-disant frimeur d’Instagram semble tenir parole. Il y a peu, Finman a présenté un protoype de prothèse dans le même genre que celle du Doctor Octopus. Il l’a faite développer pour un garçon de 11 ans souffrant d’hyperlaxie.

Le millionnaire des bitcoins travaille également avec la NASA sur le « projet DaVinci », pour que tout le monde puisse avoir accès à l'espace, ce qui le démocratiserait. En outre, le jeune homme de 19 ans veut sauver le système éducatif. Finman aurait racheté Botangle pour transformer la plate-forme en un projet open source.

Photo d’une chaussure rose de Gumshoes faite avec du chewing-gum recyclé

Wow, du vieux chewing-gum

Si l’on a déjà marché une fois sur une chiclette, on connaît la désagréable sensation de quand ça colle à la semelle. Une entreprise néerlandaise s’en est inspirée pour une idée tout à fait originale.