Joie du mariage et frustration des impôts

Photo d’une femme en robe de mariée

Joie du mariage et frustration des impôts

L’union du mariage n'a pas toujours été motivée par des raisons romantiques. En raison des conditions culturelles, la conclusion d’un mariage assurait une sécurité économique jusqu'à l’époque moderne, en particulier pour les femmes. Dans certaines cultures, le mariage est encore avant tout compris comme une communauté économique, par exemple au Pakistan.

En réalité, l’acte de mariage fait du sens financièrement – même au 21ème siècle. Parce qu’en se mariant, on économise des impôts. La plupart du temps, en tout cas. Dans certains cas, le statut «marié» entraîne des désavantages fiscaux. Dans le langage populaire, on parle de «pénalisation du mariage». La Suisse a voté sur cette question pour la dernière fois il y a trois ans.

L'initiative «Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage»  a été rejetée à 50,8%. Il s’agissait de ne pas désavantager les couples mariés par rapport à d'autres formes de vie en couple, en termes d'impôts et d’assurances sociales. Le vote a été particulièrement vif après que l’Administration fédérale des contributions ait révisé à la hausse son estimation du nombre de couples mariés concernés par l’initiative, passant de 80’000 à 454’000.

Ces couples mariés sont donc «significativement désavantagés» par l'impôt fédéral, c'est-à-dire qu'à cause de leur alliance, ils paient au moins 10% de plus qu'un couple vivant en concubinage ayant le même revenu.

Selon Avenir Suisse, seuls les couples à deux revenus dont les salaires mensuels s'élèvent à 18'300 CHF ou plus sont concernés par la pénalisation du mariage.  Si l'initiative avait été acceptée, le gouvernement fédéral aurait perçu environ 1,2 milliard d'impôts directs en moins par année.

L'initiative a également alimenté le débat sur la discrimination à l'égard des personnes seules. La Neue Zürcher Zeitung a parlé de «pénalisation des célibataires». En effet, les célibataires paient déjà l’impôt fédéral direct à partir d'un revenu annuel imposable de 17’800 francs. Et à un taife plus élevé que les couples mariés.

Photo d’une Farm from a Box avec, en arrière-fond, des terres cultivées

…et un peu d’eau

Il faut simaginer un containeur maritime avec tout ce quil