La bataille des jeux de guerre

Scène du jeu de tir « Battlefield 2042 »

La bataille des jeux de guerre

Au début du millénaire – surtout dans le sillage des tireurs fous et des fusillades dans les écoles – un vaste débat politique et médiatique faisait encore rage sur les « jeux de tuerie ». Les jeux de tir à la première personne et les simulations de guerre, qui présentent des scénarios de guerre et de conflit réels ou fictifs dans une perspective à la première personne, ont à l’époque déclenché ce débat. Ces contenus violents des jeux encouragent-ils aussi des actes de violence réels ? Journaux, émissions de télé et politicien·ne·s ont en longuement débattu.

Les discussions se sont entretemps calmées. Et ce, malgré que les jeux ne soient plus seulement disponibles sur les consoles de jeu et les PC mais aussi sur les smartphones : tablettes et smartphones sont devenus les plus importantes plateformes de jeu grand public. Néanmoins, la console classique pour les jeux est toujours en plein essor et les fabricants sortent un nombre presque ingérable de jeux. Et comme l’a montré le dernier rapport de l’année de l’industrie allemande des jeux, les jeux d’action à contenu violent et les jeux sportifs sont toujours des best-sellers.

Parmi les meilleures ventes de 2019, on trouve la dernière version de la série de jeux de guerre Call of Duty. Modern Warfare est arrivé en deuxième position derrière la série de football EA Sports FIFA 2020, et la dernière édition du jeu de tir n’était qu’une petite pièce d’une franchise entière sur plusieurs plateformes qui, selon les chiffres de l’éditeur, attirait chaque mois environ 111 millions de joueur·euse·s dans le monde entier sur divers écrans et appareils. La déclinaison pour appareils mobiles – Call of Duty Mobile – a joué un rôle important dans ce succès.

Le prochain titre de la série est annoncé pour ce Noël. Call of Duty : Vanguard devrait contribuer au succès de la franchise. Comme plusieurs prédécesseurs de la série et d’innombrables concurrents, l’action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale et les joueur·euse·s, membres d’une unité spéciale, affrontent l’ordinateur dans la campagne ou d’autres joueur·euse·s en ligne sur divers cartes. Les insiders de la branche prédisent déjà que cette dernière version de la série battra une fois de plus des records et atteindra des chiffres fabuleux pour les ventes de Noël.

Mais le principal concurrent de Call of Duty – la série Battlefield, créée par les développeurs d’EA et Dice – veut aussi une part de ce gâteau. Les réactions critiques des fans ayant souligné l’échec de la dernière édition de ce jeu de guerre, qui mettait principalement l’accent sur les batailles multijoueurs sur des champs de bataille historiques, on veut maintenant rattraper la chose avec Battlefield 2042. Selon les expert·e·s, cela ne sera pas facile, car si Battlefield a longtemps pu se targuer de meilleurs graphismes, Call of Duty aurait rattrapé son retard en la matière. Et pourtant : les responsables sont convaincu·e·s du potentiel du jeu. Le jeu devrait notamment convaincre la communauté dévouée des fans de Battlefield et les garder scotchés à l’écran grâce à une stratégie de développement à long terme.

On ne sait pas si cela fonctionnera. Avec le lancement des deux jeux rapidement l’un après l’autre – Call of Duty : Vanguard sortira le 5 novembre, Battlefield 2042 le 19 novembre – la bataille pour les cadeaux de Noël est définitivement engagée.

Photo d’une arène avec une partie en live-gaming

Gagner de l’argent en jouant aux jeux vidéos

La scène de l’e-sport grandit d’année en année. Certains gamers gagnent aujourd’hui leur vie avec ces jeux vidéos et reçoivent des salaires de six à sept chiffres.