La « Modest Fashion » pourrait rapporter des milliards

Une femme vêtue d’un hijab

La « Modest Fashion » pourrait rapporter des milliards

Il y a presque dix ans, en 2012, les musulmans du monde entier ont dépensé 224 milliards de dollars en vêtements et chaussures. En 2019, selon « The Global Islamic Economy Report », on parlait de 277 milliards et ce chiffre devrait atteindre les 311 milliards de dollars par an d’ici 2024, le tout dépensé dans la "Modest Fashion".

Le mois de jeûne des musulmans est particulièrement lucratif pour la vente de ce type de vêtements. Selon le rapport mentionné précédemment, le ramadan est la période représentant le plus haut chiffre d’affaires dans les pays à majorité musulmane. Tout au long de l’année, l’Iran, la Turquie et l’Arabie saoudite sont les pays qui dépensent le plus en vêtements et en chaussures.

La plateforme de luxe anglaise Net-A-Porter a déjà remarqué que le Ramadan est un mois important. Pendant ce mois de jeûne, on chercherait des robes maxi et midi 80% plus souvent. Depuis 2017, Net-A-Porter organise chaque année le Ramadan Edits avec diverses marques de luxe, et la recherche de produit comporte aussi une catégorie « Modest Fashion ».

Quand elle a lancé une collection d’abayas et de foulards, la maison de mode Dolce & Gabbana a fait la une des journaux internationaux en 2016. Des marques plus abordables comme DKNY et Mango ont aussi découvert que les femmes musulmanes étaient des acheteuses potentielles et ont lancé des lignes en conséquence.

Alia Khan, fondatrice de l’Islamic Fashion and Design Council, est critique à l’égard de ces collections. Les marques ont tendance à manquer la cible et à ne pas comprendre que ce public est tout aussi élégant et sophistiqué que les autres.

Le mannequin Rawdah Mohamed, militant contre l’islamophobie, s’est montrée tout aussi critique. « Les marques de luxe font une collection juste pour cocher la case et dire “Nous avons pris en compte la femme musulmane”, alors qu’en fait, ce n’est pas le cas », a-t-elle déclaré à Vogue Business.

L’entrepreneur turc Kerim Türe se concentre sur des marques plus petites et spécialisées. Son objectif : rendre la “Modest Fashion” mainstream. Sur sa plateforme Modanisa, les femmes peuvent trouver 70’000 produits créés par 650 designers. Türe a commencé en 2011 avec un capital de 500’000 dollars ; aujourd’hui, lui et ses 550 employés génèrent un chiffre d’affaires annuel estimé entre 120 et 150 millions de dollars.

Une paire de sneakers « Yeezy 1 »

D’équipement de sport à investissement

Une paire de baskets « Yeezy 1 » a récemment été vendue aux enchères pour 1,8 million de dollars. Cette vente a eu le mérite de mettre une chose au clair : les baskets sont devenues des objets de collection et d’investissements.