La victoire grâce à un lockdown stricte

Portrait de Jacinda Ardern

La victoire grâce à un lockdown stricte

Il y a trois ans, Jacinda Ardern était élue Première ministre de Nouvelle-Zélande avec un résultat brillant. On la considérait déjà à l’époque comme un contrepoids féminin et progressiste à des politiciens comme le président américain Donald Trump.

Alors que ces derniers avaient tendance à se concentrer sur les problèmes et les succès des décennies passées, la quarantenaire s’est concentrée sur les prochains grands thèmes – la numérisation, le changement climatique et l’injustice sociale ont dominé son agenda.

Jusqu’à présent, la politique l’a accompagnée toute sa vie – à part un emploi dans un bistrot, elle s’est engagée pour le parti travailliste dès l’âge de dix-sept ans et a notamment travaillé pour l’ancienne première ministre Helen Clark.

Pendant son premier mandat, ses propres décisions ont également été portées par un vent nouveau : en tant que Première ministre, elle a été la première cheffe de gouvernement au monde à prendre un congé pour la naissance de son enfant.

Mais elle a surtout attiré une grande reconnaissance internationale pour sa réaction empathique et décisive suite aux attentats contre deux mosquées à Christchurch, sur la côte est de la Nouvelle-Zélande.

Un extrémiste de droite y a tué 51 personnes et en a gravement blessé presque autant. Ardern a sincèrement pleuré, elle a écouté les personnes touchées et leur a apporté du réconfort, renonçant à la politique de parti et portant un foulard lors de sa visite à la communauté musulmane – en signe de respect et de solidarité. Et ce n’est pas tout : en peu de temps, elle a résolument fait pression pour un renforcement en profondeur de la loi sur les armes.

Avant la crise du Corona, la cheffe du gouvernement travailliste n’était cependant pas sans controverse – en raison de divergences d’opinion au sein de la coalition gouvernementale, elle n’a pas pu réaliser certains de ses objectifs politiques intérieurs. Mais elle a ensuite mené la Nouvelle-Zélande à travers la pandémie avec une grande réussite et a récemment obtenu des sondages record.

Avant les récentes dernières élections, 59,5 % des Néo-Zélandais.e.s ont déclaré qu’ils souhaitaient qu’elle reste Première ministre – le chiffre le plus élevé jamais enregistré dans un tel sondage, et qui représente 20,8% de plus que lors du précédent.  

Il est donc peu surprenant qu’Ardern et son parti aient remporté une victoire historique aux élections législatives d’octobre. Son parti a remporté 64 des 120 sièges et peut, pour la première fois depuis des décennies, gouverner seul – sans coalition avec un autre parti.

L’élection était un référendum sur la politique concernant le Corona d’Ardern. Un lockdown strict lui a permis jusqu’à présent de maintenir le nombre de morts à un niveau très bas et de ramener le pays à une large normalité.

 

Photo de la salle du conseil national au parlement

Combien gagne les politicien.ne.s ?

Les salaires et les indemnités des politicien.ne.s reviennent toujours sur le tapis. Cela n’est pas surprenant, car en Suisse, les serviteur.euse.s de l’État sont bien payés.