Le Salvador ose l’expérience du Bitcoin

Des manifestant·e·s au Salvador

Le Salvador ose l’expérience du Bitcoin

Nayib Bukele a déclaré le 07 septembre « Bitcoin Day » : c’était le jour de lancement du bitcoin comme monnaie officielle du Salvador. Le président de cet État d’Amérique centrale a annoncé ses projets lors d’une conférence américaine sur le bitcoin en juin et a fait adopter la législation nécessaire à la hâte.

La cryptodevise doit être utilisée comme moyen de paiement partout où cela est techniquement possible. À l’avenir, les Salvadorien·ne·s pourront aussi payer leurs impôts en bitcoins. Ce moyen de paiement existe parallèlement au dollar américain, qui a été introduit comme monnaie nationale officielle en 2001.

200 automates à billets seront installés dans le pays, où la population pourra changer les bitcoins en dollars américains et les retirer. Les transactions en bitcoins elles-mêmes passeront par un wallet numérique appelé Chivo. Pour soutenir l’introduction, le gouvernement a promis à tou·te·s les téléchargeur·euse·s un capital de départ en bitcoins d’une valeur de 30 dollars. Le Salvador a stocké 550 bitcoins en prévision du lancement.

Le président Bukele espère que son expérience avec le bitcoin apportera des emplois et des investissements. En outre, cela économiserait les frais de transfert annuels d’un montant de 400 millions de dollars, car quatre à six milliards de dollars entrent chaque année dans le pays via des transferts de fonds étrangers. Cela correspond à environ un cinquième du produit intérieur brut. Il est également question d’inclusion financière : 70% des Salvadorien·ne·s n’ont pas de compte bancaire.

Si le chef de l’État voit surtout des opportunités, il y a aussi de nombreuses voix critiques. Le Bitcoin est considéré comme un objet spéculatif, son cours est très volatile. Cette situation est particulièrement dangereuse pour la majorité de la population, qui vit sous le seuil de pauvreté. En outre, certains craignent que l’introduction de cette mesure n’encourage les transactions illégales.

En outre, selon la Banque mondiale, seul un tiers environ de la population salvadorienne utilise l’internet, et certaines régions rurales n’ont même pas d’électricité. Une enquête menée par l’Universidad Centroamericana en août a aussi montré qu’environ 70% des personnes interrogées ont des idées inexactes sur le Bitcoin. À peine 5% des 1300 personnes interrogées ont décrit correctement le bitcoin comme une cryptomonnaie.

La Banque mondiale a refusé de soutenir l’introduction. Il était impossible de soutenir ce projet en raison des lacunes en matière d’environnement et de transparence, a déclaré l’institution. La question se pose aussi de savoir si le Salvador peut encore espérer un soutien du Fonds monétaire international après l’adoption de sa loi sur les bitcoins. Bukele y a une demande de prêt en attente pour un montant de plus d’un milliard de dollars.

Fondateur de Microsoft et super-mécène, Bill Gates se montre sceptique face aux  cryptomonnaies. Il est même allé jusqu'à les qualifier de dévastatrices. Cependant, il utilise lui-même la technologie qui se cache derrière. Photo de Bill Gates avec un sourire espiègle

Cryptomonnaies : le début de la fin ?

Fondateur de Microsoft et super-mécène, Bill Gates se montre sceptique face aux  cryptomonnaies. Il est même allé jusqu’à les qualifier de dévastatrices. Cependant, il utilise lui-même la technologie qui se cache derrière.