L’énergie éolienne suisse dans le vent ?

Des éoliennes

L’énergie éolienne suisse dans le vent ?

Renouvelable, rentable, sans émission et économe en espace. L’énergie éolienne présente toute une série d’avantages. Mais quelle est la situation des énergies renouvelables en Suisse ? À la fin de l’année passée, 42 éoliennes étaient en service. On a ainsi produit 146 millions de kilowattheures, soit environ 14% de plus que prévu.

Bonne nouvelle ? Que nenni ! La part d’éolienne dans la consommation totale d’électricité dans notre pays est extrêmement faible. L’énergie éolienne ne représentait que 0,2% du bouquet énergétique en 2020. À titre de comparaison : 16% des besoins européens en électricité étaient couverts par l’énergie éolienne au cours de la même période. Au Danemark, près de la moitié de la demande énergétique est satisfaite grâce aux parcs éoliens. Ces chiffres feraient presque pleurer les soutiens de cette source énergétique, comme la fondation à but non lucratif WWF Suisse.

Selon la Stratégie énergétique 2050 de l’Office fédéral de l’énergie, un petit 7% de la consommation d’énergie devrait un jour être couvert par le vent. Cela nécessiterait des projets de grande envergure comme celui qui a été inauguré sur le col du Gothard en octobre 2020 : Cinq éoliennes de près de 100 mètres de haut chacune, dont les pales mesurent 11 mètres chacune.

On a investi 32 millions de francs dans leur construction. Les coûts ne sont toutefois pas le problème – mais la résistance de la population. Si l’on considère qu’il a fallu 18 ans (!) pour construire le parc, guère surprenant qu’il soit le seul de ce type à avoir été raccordé au réseau au cours des quatre dernières années.

Pourquoi cela a-t-il pris autant de temps sur le Gothard ? La Société du Patrimoine Tessinois a fait de la résistance. Une résistance immense. L’association est allée jusqu’au tribunal administratif, mais elle a dû capituler. Le tribunal a approuvé la construction du parc éolien, et aller devant la Cour fédérale aurait été trop coûteux.

Des opposant·e·s comme l’association tessinoise, il en existe dans de nombreux endroits. Par exemple à Sonvilier, dans le Jura bernois, au Val de Travers dans le canton de Neuchâtel, en Appenzell Rhodes-Intérieures ou à Glaris. Partout surgissent des initiatives contre les parcs éoliens. Souvent pour des raisons esthétiques : on considère les turbines comme une défiguration du paysage.

Mais ce ne sont pas les seules réserves exprimées. On utilise aussi les émissions sonores dans le voisinage immédiat et le danger pour les oiseaux et les chauves-souris comme arguments. C’est pourquoi les opposant·e·s sont très hétérogènes. Et même un lobby au financement douteux semble peiner à peser dans la balance...

 

Photo de la manette de jeu de Google Stadia

L’avenir du jeu

Les géants de la tech comme Apple, Google et Amazon investissent massivement dans le jeu vidéo. Pourquoi le font-ils – et quelles sont les tendances.