L’ère pré-Facebook

Photo de Mark Zuckerberg

L’ère pré-Facebook

Facebook était lancé il y a exactement quinze ans – à l’époque, il s’appelait encore «Thefacebook». Au début de chaque semestre, un «face book» était mis à disposition des étudiant.e.s des universités américaines sous forme imprimée ou numérique. L’idée était de permettre aux élèves de faire connaissance plus facilement.

Parce qu’il trouvait que le développement d’une plate-forme en ligne par l’Université Harvard prenait trop de temps, Mark Zuckerberg, alors âgé de 19 ans, développa la sienne en deux temps trois mouvements. Ceci après qu’on lui ait interdit en 2003 de mettre en circulation une plate-forme appelée «facemash», en raison de violations du droit d’auteur et de la vie privée. «Facemash» était une plateforme sur laquelle les gens étaient notés en fonction de leur attractivité.

Aujourd’hui, l’entreprise se mesure aux trois géants technologiques de Google, Amazon et Apple et emploie plus de 30’000 personnes. Zuckerberg détient toujours une participation de près de 17% dans l’entreprise, et avec environ 71 milliards de dollars, il est la cinquième personne la plus riche de 2018.

Screenshot de la page d’accueil de l’ancienne plateforme Thefacebook.
Image cycliste avec smartphone et application de Changers ouverte

Une monnaie contre le réchauffement climatique

Plus de mouvement, mesurer l’activité physique, réduire la production de CO2 et être récompensé pour sa performance : une startup allemande bouleverse les idées sur la lutte contre le réchauffement climatique.