Les événements sportifs hors-jeu ?

Des gradins vides

Les événements sportifs hors-jeu ?

25 dollars – c’est le prix que coûtaient les billets pour le match d’ouverture de saison des New York Yankees début avril 2021. Et ce 24 heures avant le début du match. Une occasion en or – les années précédentes, les fans de sport avaient dû sortir des sommes à trois chiffres pour assister à un spectacle sportif de cette ampleur.

Comment les billets pour un match de l’équipe la plus titrée de l’histoire de la Major League Baseball (MLB) peuvent être si bon marché ? Les perspectives météorologiques pour le jour du match n’étaient certes pas optimales. Les dernières saisons n’ont pas non plus été parmi les plus réussies de l’histoire de ce club de tradition, fondé en 1901. Malgré tout, une telle chute du prix est surprenante.

Un expert américain en événements live spécule que les prix, par ailleurs souvent exorbitants, souffrent aussi de la popularité des cryptomonnaies. Des cryptomonnaies ? C’est ça. Selon Eric Fuller, depuis que l’échange de Bitcoins & Co. est devenu mainstream, toute personne possédant un minimum de connaissances technologiques peut parier 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et les parieur·euse·s, poursuit M. Fuller, représentent une part assez significative du public des événements sportifs.

En dehors de cela, le FOMO (fear of missing out) s’est largement évaporé au cours de l’année écoulée. Personne dans notre entourage ne nous donne plus le sentiment qu’il nous faut  être quelque part – pas même soi-même. Cette situation – et l’incertitude générale provoquée par la pandémie – rebute les courtiers, qui achètent d’habitude de grandes quantités de billets à des clubs américains pour les revendre ensuite.

Et en Suisse ? La vente de billets fonctionne différemment. Et la proportion de spectateur·trice·s qui parient sur les matchs serait aussi sensiblement plus faible. Néanmoins, différent·e·s protagonistes du sport professionnel suisse sont inquiets pour l’avenir. Récemment, le président du FC Sion, Christian Constantin a ainsi parlé d’un tsumani qu’il voit déferler sur la plus haute ligue de foot suisse.

Les supporters absents et ceux qui ne retourneront probablement pas automatiquement dans les stades après les prochaines ouvertures, remettent en question les contrats de sponsoring avec les fournisseurs de bière, de vin, d’eau minérale, de fromage ou de café, a annoncé l’extravagant président du club valaisan. Sans public, son FC Sion perdrait cinq millions de francs par trimestre. « Même une contribution d’un million à fonds perdu n’est guère utile », continue Constantin.

En tout cas : la capacité d’attention, dont l’expert américain Fuller estime qu’elle est en baisse parmi le public d’événements en live, est moins sollicitée lors des matchs de football que lors d’un match de baseball. Alors qu’un match de baseball peut facilement prendre une demi-journée, un match de football, pause comprise, dure moins de deux heures. Il ne faut donc peut-être pas s’attendre à un effondrement des prix semblable à celui de la MLB...

Une manette de jeu blanche

Quel rapport entre l’e-sport et le sport ?!

Savoir quel est le rapport entre l’e-sport et le sport occupe actuellement le monde entier. L’Asie et les Etats-Unis ont déjà une longueur d’avance, la Suisse rattrape lentement son retard.