«Made in China» passé de mode

De gros porte-conteneurs dans un port

«Made in China» passé de mode

La Chine tient la corde depuis des décennies en matière de production de textile et de vêtements. D'innombrables fabricants produisent leurs marchandises en Chine. Principalement parce que les sites de production plus proches ne sont pas rentables en raison de salaires plus élevés. Mais il y a des signes changement. Si, en 2015, la part de marché de la Chine dans l'industrie du textile et de l'habillement était de 38,6 %, elle avait baissé un an plus tard de près de trois points de pourcentage.

La tendance au «nearshoring» érode la part de marché de la Chine. Cela signifie que les fabricants produisent à nouveau plus près de leur pays d'origine. L'augmentation des coûts salariaux en Chine en est l’une des raisons importantes. Un autre motif se retrouve dans notre culture de consommation actuelle. Les tendances vestimentaires se démodent de plus en plus rapidement et les consommateurs veulent acheter plus vite. Nous passons de la mode rapide à la mode ultra-rapide.

Selon un rapport de McKinsey, la rapidité – en termes de délais de livraison et de capacité à réagir aux tendances au cours d'une saison de mode – sera à l'avenir un facteur important pour déterminer la réussite ou l’échec d’un fabricant. Les marques ne peuvent plus se permettre un délai de livraison de 30 jours, comme pour les produits en provenance de Chine. Une livraison depuis la Turquie, par exemple, prend de trois à six jours et les salaires ne sont que 1,6 fois plus élevés qu'en Chine.

La sensibilisation accrue des consommateurs plaide également en faveur du nearshoring. Plus des deux tiers des experts de l'industrie du textile et de l'habillement interrogés pour le rapport de McKinsey partent du principe que la durabilité sera le facteur de décision le plus important lors d'un achat en 2025. Ce serait souhaitable, si l’on regarde les chiffres : selon le Sommet de la mode de Copenhague, l'industrie du textile et de l'habillement produit plus de gaz à effet de serre que l'ensemble des transports aériens et maritimes.

Outre le nearshoring, les modèles de production automatisés pour les marques de mode seront, selon McKinsey, déterminants pour générer un cycle économique sensé. La pertinence des cycles fermés est également une préoccupation de la Fondation Ellen MacArthur. Cette fondation anglaise a lancé l'initiative «Make Fashion Circular», à laquelle Nike, Gap et H&M se sont engagés. H&M en particulier ressent un sentiment d’urgence. Au premier trimestre de 2018, des vêtements invendus d’une valeur de 4 milliards de dollars s’empilaient dans les dépôts du fabricant.

En achetant des vêtements, je fais attention à l’écologie :

Choices
Plan rapproché de tissus décorés

Avoir l’étoffe d’un richard

Ce titre aujourd’hui peut-être entendu au sens figuré, mais jusqu’à la moitié du 20ème siècle les tissus étaient dans certaines régions utilisés comme un vrai moyen de paiement.