Nouveauté entrepreneuriale : agro-technologie sans OGM

Photo des cultures dans une serre-conteneur maritime

Nouveauté entrepreneuriale : agro-technologie sans OGM

Le MIT Media Lab de Cambridge, Massachusetts, est en train de cultiver des tonnes de basilic dans des serres grandes comme des conteneurs maritimes. En réglant l’intensité et la durée de l’irradiation UV, de la salinité de l’eau et d’autres facteurs, on vise des conditions idéales pour obtenir une croissance optimale et des légumes plus savoureux.

Les différents cycles de croissance sont relevés par un ordinateur. Sur la base de la quantité de molécules de goût contenues dans les plantes, on décide quelles conditions permettent d’optimiser le goût. Le résultat sont des « recettes climatiques » qui peuvent être partagées dans le monde entier pour cultiver de la nourriture meilleure partout.

Les chercheurs ont eu l’idée de cet « ordinateur alimentaire » en pensant aux changements climatiques, qui rendent l’agriculture traditionnelle de plus en plus difficilement praticable. Comme la fréquence des vagues de chaleur, des intempéries et des maladies augmente, il faudra de plus en plus passer à des cultures en serre, pour que les plantes poussent sans problèmes.

Dans des serres technologiques, il est possible de simuler les différents climats de la Terre. Il deviendrait par exemple possible de cultiver des avocats délicieux en Suisse, ce qui éviterait les longs parcours nécessaires pour leur importation depuis des pays lointains.

Pour chaque cycle de croissance, l’ordinateur analyse environ trois millions de valeurs d’une seule plante. Les scientifiques ont découvert qu’avec une irradiation continue, les plantes augmentent leur production de molécules de goût, qui atteint ainsi 895 pour cent du taux normal. L’ordinateur a également montré qu’il y a une corrélation entre dimensions et goût : des plantes plus petites produisent de la nourriture plus savoureuse.

En plus du goût, il est possible d’optimiser d’autres facteurs, tels que la durabilité et les coûts de production. Le MIT Media Lab a rendu publiques toutes les données et les instructions pour construire un de ces ordinateurs alimentaires, afin que même des privés puissent cultiver leur propre nourriture avec le bon savoir-faire.

L’équipe de chercheurs est convaincue d’avoir montré la voie vers de la nourriture plus savoureuse et durable, sans devoir intervenir sur l’ADN des plantes, car les OGM sont vus de manière très critique dans le monde entier. Au lieu de modifier leur ADN, on met les plantes dans un environnement artificiel, qui leur permettant cependant de se développer de manière tout à fait naturelle.

Photo d’avocats coupés en deux

Combien coûte vraiment un avocat ?

 

Guacamole, casse-croûte ou ingrédient pour enrichir une salade : l’avocat est un produit exotique de plus en plus répandu dans nos cuisines. Mais à quel prix ?