Qui s’est déjà vu offrir une maison ?

Photo d’une maison Ayika au Japon

Qui s’est déjà vu offrir une maison ?

Le vieillissement de la population touche principalement les zones rurales, mais les banlieues et les villes semblent également ressentir lentement mais sûrement les effets du changement démographique. Chez la troisième puissance économique mondiale, plus de huit millions de maisons étaient vides en 2013, soit 13 % des propriétés. D'ici 2033, ce chiffre devrait passer à 30% – ce qui signifierait qu’une maison sur trois serait vide au Japon.

Pour contrecarrer cette tendance, on a créé des banques Akiya – des sites web sur lesquels les propriétés peuvent être vendues. Akyia est un mot japonais qui signifie 'maison vide'. Beaucoup de ces sites sont exploités par les administrations municipales et communales souhaitant avoir une vue d'ensemble de l'offre et de la demande sur le marché.

On peut se procurer une grande variété de propriétés sur ces pages internet – certaines même gratuitement. Il s'agit souvent d'héritages que les héritiers ne peuvent pas entretenir – pour des raisons d’argent, de temps ou autres. En plus il y a les taxes sur l'immobilier. Personne ne veut payer pour une maison qu’on n’utilise pas et qui pourrit toute seule.

Parfois, la maison est vide depuis des décennies à cause d'un décès, que ce soit à cause d’un crime, d’un accident, d’un suicide ou d’une catastrophe naturelle. Certains pensent qu’emménager dans une telle maison porte malheur. Celles et ceux qui ne sont pas superstitieux.se et qui veulent réaliser leur rêve d'une maison de vacances au Japon, tout ce dont ils ont besoin sont assez de petits sous.

La reprise d'une telle maison est liée, selon les cas, à des dépenses pour des travaux de rénovation. En retour, certaines autorités locales compensent l'assainissement par des subventions – après tout, le village en bénéficie. Celles et ceux qui veulent acheter une maison intacte peuvent le faire pour un prix entre 500’000 et 20 millions de yens. C'est l'équivalent de 4’500 à 180’000 francs.

Peinture à l'huile par Jean-Léon Gérôme: Des soldats détruisent un champ de tulipes pour stabiliser le marché avec un approvisionnement limité

Maison en position privilégiée pour 0,33 bulbes

La tulipomanie est considérée la toute première bulle spéculative documentée de l’histoire économique. Mais elle est surtout un bon exemple de l’avidité et de la sottise humaines.