Rencontres en ligne et fidélisation

Un jeune couple assis sur un banc vu de derrière

Rencontres en ligne et fidélisation

La plateforme de rencontre Tinder a récemment commencé à offrir des services qui dépassent le domaine de son application. Lancée en octobre dernier, la plateforme Swipe Life attire les utilisateurs et utilisatrices avec des articles sur les rencontres et la vie amoureuse.

Tinder fait donc partie d’un mouvement plus important, d’autres entreprises technologique et commerciales ayant aussi commencé à produire leur propre contenu. Comme l’a rapporté l’agence de presse Reuters, Airbnb envisage ainsi également de développer ses propres émissions.

Ces efforts doivent lier plus étroitement les client.e.s à une marque, au-delà des services particuliers qui sont proposés par chaque entreprise.

Tinder fait partie d’un groupe commercial qui pèse plusieurs centaines de millions, Match. Celui-ci possède également d’autres sites de rencontres comme OkCupid, Plenty of Fish et Hinge. Les quatre applications de rencontre les plus populaires aux Etats-Unis appartiennent à Match et, avec le rachat de Meetic en Europe ou d’Eureka au Japon, l’entreprise continue de croître.

Match est donc le symbole de l’évolution du domaine des rencontres en ligne, où un produit de niche s’est transformé en une industrie valant des milliards au cours des dernières décennies.

De plus en plus de couples se rencontrent en ligne. C’est pourquoi les différents services tentent de se démarquer de la concurrence. C’est surtout la technologie utilisée pour trouver un.e partenaire approprié.e qui est déterminante pour “matcher” .

Le problème, c’est que les intérêts des utilisateurs et utilisatrices diffèrent de ceux des services : alors que les premiers veulent trouver un.e partenaire le plus rapidement possible et cesser d’utiliser le service, les seconds essaient de retenir leurs client.e.s le plus longtemps possible.

Alors que les sites et les technologies pour matcher doivent être suffisamment bons pour attirer les clients, ils menacent de torpiller leur propre modèle économique s’ils fonctionnent trop bien.

Ce problème dépasse l’industrie du “dating”. Des défis similaires existent également pour les fournisseurs de plates-formes d’emploi, qui “perdent” aussi des clients en cas de “match”. On se demande alors comment ces entreprises peuvent être vraiment innovantes dans de telles circonstances.

Il existe ainsi des suggestions pour adapter le modèle économique de manière à ce que l’inscription au service soit plus chère pour un abonnement de plus longue durée. On augmente ainsi ses chances de garantir que les utilisateurs et utilisatrices ont choisi une application qui utilise une technologie avancée pour son algorithme de rencontre.

Il est évident que les contenus actuellement lancés par des plateformes de rencontres comme Tinder sont aussi une stratégie pour résoudre le problème de perte de clientèle.

Si les gens restent au moins indirectement connectés à la plateforme de rencontre via des plateformes thématiques, il y a de bonnes chances pour que ces personnes retournent rapidement vers le service si leur nouvelle relation échoue.

Une opération de chirurgie esthétique sur un visage

Un visage “snapchat” grâce à la chirurgie esthétique

De plus en plus de jeunes gens passent sous le bistouri pour des raisons esthétiques dans le monde entier. En Suisse, la chirurgie esthétique est possible dès l'âge de 16 ans. On cherche souvent à reproduire l’esthétique des filtres des réseaux sociaux.