Sur le podium des clubs sportifs

Photo d’une course de chevaux au Hong Kong Jockey Club

Sur le podium des clubs sportifs

Manchester United a clos la dernière saison avec 827,9 millions de dollars, ce qui rend ce club anglais la société de football la plus riche du monde. Mais on parle bien de clubs de football. La médaille d’or du club sportif le plus riche du globe va par contre à une organisation que peu de gens chez nous connaissent : le Hong Kong Jockey Club (HKJC).

Sous le logo de cette entreprise qui contrôle plusieurs filiales il y a écrit «Riding High Together», un slogan que l’on pourrait traduire par «Ensemble vers le succès». Et c’est un succès indéniable si l’on voit l’incroyable quantité de zéros de son chiffre d’affaires annuel. Le volume d’affaires de 2016/2017 du Hong Kong Jockey Club était de 216 milliards de dollars de Hong Kong, c’est-à-dire plus de 27 milliards de dollars américains.

L’argent vient principalement des paris sur les chevaux, des paris sportifs et de la loterie. L’année passée, que les paris de chevaux ont généré un chiffre de 14 milliards de dollars américains. Après toutes les distributions, le HKJC a encaissé environ 2,3 milliards de dollars. Les mises d’une soirée de courses se situent à plus de 150 millions de dollars américains et il y a 88 journées de courses pour un total de plus de 800 courses par saison.

Ce sont des chiffres faramineux, mais il faut aussi regarder le contexte. Jusqu’en 1997, Hong Kong était une colonie de la couronne britannique, puis la souveraineté a été transférée à la République populaire de Chine. Hong Kong bénéficie d’une large autonomie et fonctionne avec une économie de marché, car c’est une région administrative spéciale de la Chine.

Le jeu de hasard et les paris sont interdits dans la République populaire, mais pas à Hong Kong. Le Hong Kong Jockey Club a le monopole sur les paris de chevaux et de foot ainsi que sur la loterie locale. C’est donc en raison de conditions juridiques particulières que les Chinois passionnés par le jeu portent leur argent à Hong Kong. La situation est similaire à Macao, une autre région administrative spéciale, qui est le seul endroit en Chine où les casinos sont permis. Les 38 casinos de Macao génèrent désormais six fois plus d’argent que ceux de Las Vegas.

Le HKJC fonctionne comme une organisation à but non lucratif. Ses activités ne visent pas le gain et les surplus sont investis dans des initiatives d’utilité publique. En 2016/2017, le Hong Kong Jockey Club Charities Trust a donné presqu’un milliards de dollars américains, dont ont profité 216 projets.

Le fisc hongkongais profite lui aussi de ces sommes astronomiques : l’année dernière, le Groupe HKJC a dû lui verser presque 3 milliards de dollars américains en taxes. C’est un autre record de ce club, qui est le plus important contribuable de Hong Kong. Il n’est guère étonnant que le HKCJ soit parfois appelé le bancomat du gouvernement.

Photo de Kuro Salehi Takhasomi pendant un match

Le plus riche des gamers

«KuroKy» a commencé une carrière de gamer professionnel il y a presque dix ans. Ce qui a commencé par une série d’échecs a fini par devenir une entreprise lucrative.