Modèle économique : la douleur

Photo de Coyote Peterson

Modèle économique : la douleur

Nathaniel «Coyote» Peterson a d'abord étudié le cinéma mais a longtemps travaillé dans une entreprise de fournitures d'imprimerie. A côté de cela, il a écrit des scénarios pendant longtemps, mais ils ne sont malheureusement jamais devenus des films. À un moment donné Peterson, qui était déjà aventurier et explorateur lorsqu'il était enfant, a eu l'idée de monter un show sur la nature sauvage.

Le show devait être d'une part divertissant, mais aussi d'autre part éducatif. Les premières vidéos publiées sur sa chaîne Youtube Brave Wilderness, par exemple, montraient l'impressionnante tortue serpentine et expliquaient son anatomie. Les épisodes suivants n'étaient pas mauvais, mais pas vraiment bons non plus.

Lors d'un épisode sur le porc-épic, il eut soudain l'idée de se laisser piquer par l’animal et de documenter l'ablation correcte des épines (voir le screenshot). Parce que personne ne sait vraiment comment procéder lorsque des gens ou son chien sont piqués. La vidéo est devenue un succès.

Screenshot de la main de Peterson avec des épines dedans

D'autres vidéos comme «Piqué par un scorpion !» ou «La morsure d’une tortue serpentine !» ont suivi. Cette dernière a été consultée plus de 27,5 millions de fois. Mais le vrai succès est venu quand Peterson s'est occupé de ce qu'on appelle le Schmidt Sting Pain Index : Il a été créé par l’entomologiste Justin O. Schmidt et divise la douleur causée par les piqûres d'insectes en différents niveaux.

Peterson et son équipe se sont ensuite attaqués aux fourmis de feu, aux frelons et à la crème de l'indice Schmidt : la fameuse fourmi balle de fusille – appelée fourmi des 24 heures en allemand parce que la douleur dure 24 heures. Schmidt a décrit la morsure de la fourmi comme un «tsunami de douleur». Plus Peterson souffrait de douleurs, plus il recevait de vues.

Mais combien peut-il bien gagner ? Sa vidéo avec la piqûre de fourmis balle de fusille a déjà été regardée plus de 40 millions de fois et rapporté entre 20'000 et 161'000 francs, comme il est d'usage dans l'industrie. Avec plus de 13 millions de suiveurs et plus de 10 vidéos avec plus de 30 millions de visionnements, cela fait déjà un sacré paquet d’argent.

Photo d’une tête de lecture sur un disque microsillon

Les vinyles sont de nouveau rentables

Le CD est quasiment mort. Les servies de streaming domineront le marché de la musique d’ici cinq ans au plus tard. En même temps, le disque microsillon est de retour et même les grandes entreprises misent de nouveau sur le vinyle.