Pleins aux as malgré la mort

Photo de Michael Jackson sur scène

Pleins aux as malgré la mort

C’est déjà la deuxième année consécutive que Michael Jackson est en tête de la liste Forbes des célébrités décédées les mieux rémunérées. En 2018, il a généré 400 millions de dollars grâce à la vente de ses droits de la major EMI Music Publishing à Sony, un nouveau contrat pour un CD et divers projets, dont une émission spéciale Michael Jackson’s Halloween.

En mai 2018, Sony avait déjà acheté 60% de la société de production pour 1,8 milliard de dollars. Il détenait ainsi avec l’une de ses filiales 90% d’EMI Music Publishing. Jusqu’à peu, les 10% restants appartenaient aux héritiers de Michael Jackson, qui les ont vendus à Sony pour 287 millions de dollars.

Sony détient maintenant les droits d’exploitation d’environ deux millions de chansons de grands noms de la musique tels qu’Alicia Keys, Drake, Pink et Queen. L’acquisition d’EMI a fait monter la valeur de l’entreprise à plus de 4,75 milliards de dollars. Jackson a ainsi gagné environ 1,9 milliard de dollars depuis sa mort en 2009.

D’autres noms sur la liste Forbes de 2018 sont Elvis Presley avec 40 millions, l’inventeur de Snoopy, Charles Schulz, avec 34 millions et Bob Marley avec 23 millions. Le rappeur XXXTentacion, assassiné en juin, est un nouveau venu et se classe onzième avec 11 millions. Le jeune homme décédé à l’âge de 20 ans avait été découvert via la plate-forme SoundCloud.

La première femme de la liste est Marilyn Monroe. 56 ans après sa mort, elle est huitième avec 14 millions. Comment est-ce possible ? Après sa mort, Monroe est passée du statut de célébrité à celui d’icône qui orne des aimants, des tasses, des t-shirts et bien d’autres objets encore. Elle est ainsi devenue une marque qui s’est développée en une entreprise de plusieurs millions de dollars.

Photo du rappeur XXXTentacion

Est-ce la fin de Soundcloud ?

Grâce à SoundCloud, des artistes comme XXXTentacion et Lil Pump ont accédé à la célébrité. Mais la plate-forme est en train de chanceler malgré ses rappeurs vedettes : en 2017, près de la moitié des employés a dû partir.